Fév 9, 2010

Suprême d’Ananas à la Cerise

Toujours pas de nouvelles de Mr Amande. Cela fait deux semaines que nous nous sommes vus. J’ai compris.

J’ai encore été victime de l’engrenage : Dragué. Baisé. Largué.

Je passe outre. Mr Amande n’étais qu’une nouvelle étape vers celui qui sera le bon.

Je ne veux plus me prendre la tête sur ce genre de chose. J’ai pris mon pied. Lui peut être un peu plus.

Il ne m’a jamais rappelé ? Tant pis.

Je ne vais pas pleurer pour quelque chose dont je me doutais. En y allant, je savais que j’allais au devant des soucis mais je l’ai fait. J’assume.

Et comme une complication n’arrive pas seule, je me suis mise à parler avec Mr Ananas.

(Qui est Mr Ananas ?)


Depuis la soirée de Groseille le 16 janvier, je parle avec lui par texto. Et il me plait. Peut-être encore plus que tous les autres.


Peut être est-ce parce qu’il n’est pas riche ? Peut être parce qu’il ne me regarde pas avec une voracité lubrique dans les yeux ? Peut être parce qu’il ne fait pas de sous-entendu sexuel lorsque nous parlons au téléphone ? Peut être parce qu’il a l’air sérieux ?

 

Samedi, nous nous sommes vus.

Je rentrais du cinéma avec mes sœurs.

Nous sommes partis voir « La princesse et la Grenouille »  qui est extraordinaire !! Mes parents étant sortis dîner, je leur fis à manger.

Il m’envoya un texto pour me dire qu’il avait envie de me voir et si je pouvais sortir ce soir.

Un quart d’heure plus tard, il était devant chez moi. Je montai dans sa voiture.

Nous nous garâmes au bout de ma rue.

Nous discutâmes tous les deux. De tout. Mais cela avait l’air réel. Il écoutait ce que je disais. Et pour changer de tous les mecs avec qui je flirt, Mr Ananas est très timide. Je sens qu’il fait des efforts pour le masquer mais je le vois. J’aime bien.

Non, il n’y a pas eu de phrases sexys dont le souvenir me retourne la tête.

Non, il n’y a eu aucun contact physique.

 

« Tu as des fossettes ! »


« Ouiii ! Je suis née comme cela Ananas. »


« ‘Tin c’est vraiment le truc qui me manque pour être beau. J’adorerai en avoir ! »


« Tu savais qu’on peut les créer ? »


« Ah bon ? »

Il me regarde attendant la suite. Je souris de toutes mes dents.


« Chez les bébés de moins de trois mois, en les lavant, tu exerces une légère pression sur leur joue et cela créer petit à petit de fossettes… C’est ce que j’ai entendu dire ! »


« Mais c’est fini pour moi ça ! Tu m’as donné un faux espoir ! »


« Pour tes enfants… »

Il avait vraiment l’air déçu ce qui me fit éclater de rire.

 

Il était minuit et en devoir moral, je me devais de rentrer.

Je lui fis la bise pour lui dire au revoir et je sortis de la voiture. En montant dans ma chambre, j’étais extrêmement frustrée de ne pas l’avoir embrassée ! J’aurais tellement voulu sentir sa bouche si attirante sur la mienne. Je ne pus me retenir de lui envoyer un texto.

 


« Même mes fossettes ne t’ont pas donné envie de m’embrasser… »

 

Réponse immédiate.

 

« Mais si grave ! Mais tu es parti tellement vite ! Reviens… »

 

En recevant ce texto, je me dis que ce n’étais pas si grave si je le faisais attendre jusqu’au lendemain. En effet, le dimanche, je chante à la messe.

Et ouiii Cerise est une soliste à l’église. Surpris ?

Et il m’avait promis qu’il viendrait me voir.

 

Le lendemain, après une prise de tête homérique sur ma tenue, je suis allé à la répétition. J’avais un chat dans la gorge et je demandais à Mr Cacao (qui chante aussi à l’église en voix ténor) de m’accompagner en duo sur tous mes chants.

Au milieu de la partition au centre de la cérémonie, je l’aperçois à l’angle de l’église. Je fais comme si je n’avais rien vu. A la sortie, il me félicite et je le taquine sur sa taille.

(Mr Ananas ne mesure qu’ 1m75, comparé à Mr Goyave et son 2m…)

 

Je rentre chez moi. Je l’ai vu et je suis contente. Son sourire est encore plus éblouissant dans la clarté de la matinée.

 

La journée de dimanche se passe entre travail et anniversaire de ma sœur Corolle. Vers 19h, il m’écrit.


« Je passe te voir dans 5 minutes, tu peux sortir ? »


« Je retourne chez moi ce soir. A 20h15 je dois être chez moi, mon père me dépose. Tu m’accompagneras déposer un livre à Mlle Groseille. »


« Aucun problème. »

 

10 minutes plus tard, je monte dans sa voiture et il me dépose devant chez Groseille. Je monte lui remettre son livre et je redescends.

Il se gare devant chez moi.

J’ai envie qu’il m’embrasse. Je ne pense qu’à ça. Mais rien dans mon attitude ne traduit cette attente de ma part.

Il meuble le silence que je fais exprès d’installer. Il parle. Il parle. Il parle. Je le regarde. Je souris. Il parle.

Sa timidité est de plus en plus flagrante. Ca m’amuse. Il parle. Il parle. Encore et encore.

Il est 20h05. Toujours rien.

 

Et puis d’un coup.


« En général c’est toi qui embrasse ou on t’embrasse ? »


« C’est moi qui prends les devants. »

 

Il prend mes mains dans les siennes.


« Cette fois-ci c’est différent. »

Il m’attire lentement à lui et m’embrasse. Sa bouche est encore plus belle au toucher qu’à regarder. Il ne m’a pas touché en dessous de mon visage. Il me caressait tendrement la joue ou l’angle de mon menton.

Depuis combien de temps je n’ai pas ressenti dans un baiser, la sensation d’être respecté. Je ne sais plus. Depuis ma rupture avec Mr Goyave. Peut-être avant.

Ce n’est qu’un baiser. Mais qui m’a surpris et m’a fait me sentir bien.

 


20h13.
Je dois y aller. Je me détache de lui. Prends mon sac et ouvre la portière.

Je me retourne vers lui. Il me prend la main et m’attire de nouveau à lui. Je l’embrasse encore. J’aime. Encore.

 

Dans la voiture, je reçois un texto.

« J’aime tes baisers. » Tout simplement.

 

Minuit, je me couche dans mon lit après avoir passer le balai dans le studio.

Je lui écris un texto qui me trotte dans la tête depuis que l’on s’est quitté.

 


« Il est trop tôt pour te demander ce que ce baiser veut dire ? »

 

Autant être sûr. Je ne veux plus d’histoire inutile avec des prises de tête à longueur de temps.

 

Il ne répond pas. Trente minutes passent.

Je l’appelle. Je lui repose la question. Sa réponse ?

 


« Bah écoute, je ne sais pas trop… Je ne sais vraiment pas. Mais quand je sais ce que je veux avec toi, je te tiens au courant d’accord ? »

 

Envie de meurtre. Envie de pleurer. Envie de stable pour une fois.

Je veux un Mec-Pansement. Et lui ? Il est comme les autres mais un peu plus timide que les autres.

 

Je lui souhaite sèchement une bonne soirée. Je raccroche.

Hier soir, après une journée sans texto, je reçois de sa part : « Ca va ? »

 

Foutage de gueule.

Les mecs vont me rendre folle.

Laissez-moi un petit mot

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




1 petit mot

  • Répondre Une nouvelle cerisette | Mar 3, 2016 à 21 h 09 min

    Coucou Cerise, je tenais à te laisser un petit commentaire car en ce moment il y a comme un feu d’artifice dans mes yeux, dans mon coeur et dans ma tête…
    Je t’ai découvert il y a 3 jours, via la chaîne YT de Djulicious, j’ai donc ensuite découvert ta belle chaîne YT.
    Ton petit passage sur la chaîne de Djulicious m’avait déjà donné cette impression que tu étais une Youtubeuse différente des autres… tu rayonnais, tu pétillais…il y avait un petit truc qui te différencié de toutes les autres… j’ai donc voulu en connaître d’avantage sur ce joli bout de femme que tu es, et c’est ainsi que j’ai découvert ton magnifique blog.
    Cela fait donc deux jours que je suis obnubilée par tes récits, enfin la journée j’ai mes études et ensuite je bosse donc à vrai dire, je passe la plupart de mes nuits à lire tes douces histoires et je dois t’avouer que tu me passionnes.
    Depuis quelques mois c’est la grande tendance des Youtubeuses d’écrire et publier un livre mais si il y a bien une youtubeuse a qui cela mériterait le mieux, c’est bien toi!! Ta façon d’écrire, cette capacité que tu as à nous faire vivre tes histoires, nous donnent cette inévitable envie d’ouvrir l’article suivant pour connaitre la suite.
    Tu es vraiment très talentueuse Cerise et j’espère que ton blog perdurera dans le temps ! Tu le mérites!!
    Je dois t’avouer que je ne suis actuellement qu’à la page 23 des histoires de ton beau cérisier mais je me reconnais déjà énormément en toi… Les Mr.Cornichons, Cacao et Amande font aussi parti de mon quotidien (enfin ce ne sont pas les mêmes que toi lol) mais moi qui suis perdue dans mes relations amoureuses chaotiques je peux enfin me dire que je ne suis pas la seule à vivre ça et que je peux finir par être une magnifique femme comme toi ! Merci pour ses belles histoires qui me réconfortent sur ma propre existance!! Pleins de bisous d’une nouvelle et passionnée Cerisette