acheter cialis 2,5mg cialis 5 mg sans ordonnance cialis 20mg achat france acheter viagra en ligne en france
Jan 21, 2019

Un homme, un vrai !

Le féminisme j’ai baigné dedans depuis toute petite en suivant l’exemple de ma mère et de ma grand-mère mais il n’y avait pas encore de titre à cela.

Je suis tombée dedans quand j’étais petite.

Ma mère avait fait de longues études et nous poussait à faire de même. Mon père nous a toujours répété que nous valions autant que n’importe qui, que ce soit un homme ou une femme. Il nous disait souvent que son père lui avait appris à ne jamais frapper une femme sous aucun prétexte. Ainsi, il nous le transmettait en nous disant de ne jamais accepter cela. Un homme qui nous bouscule même dans une dispute, n’est pas un homme avec lequel nous devrions envisager une histoire d’amour.

Bref, j’ai grandis avec cette éducation : je suis une fille mais je vaux autant qu’un garçon.

Comme mon environnement familial me protégeait et m’offrait une image assez féministe (donc normale) des choses, je n’ai pas tout de suite percuté à quel point le monde ne l’était pas. Et surtout, mes parents ne le vivaient pas comme une lutte ou un combat, c’était juste comme cela.

Du reste, mon éveil féministe n’est arrivé qu’assez tard comparé à certaines de mes amies.

Et bien évidement, c’est comme tout, quand ce genre de combat s’offre à toi, c’est une révélation. Un torrent de colère qui coule de mes veines jusque dans mon cerveau.

De la révolte à l’état pur

D’articles en articles, de livres en livres, de vidéos en vidéos, je sentais monter en moi cette rage, cette injustice établie; J’avais surtout envie de tout brûler !

Il parait que c’est normal de passer par la révolte quand on prend conscience d’une injustice. C’était mon cas.

Jusqu’aujourd’hui, je suis tellement révoltée que j’ai du mal à le formuler de manière organisée dans un article. Très vite, je m’énerve.

C’est d’ailleurs assez rapidement devenu un sujet tabou avec Mr Cerise car je m’énerve et devient irrationnelle !

Je ferai de mon mieux pour en parler ici, vous donner mon avis et décrypter avec vous les choses que je vois sans perdre le fil de ma pensée.

Une pub qui porte le bon message

Pourquoi je vous parle de cela aujourd’hui, c’est que j’ai vu comme tout le monde, la pub de Gillette. Et comme à chaque fois qu’une marque incarne ce genre de lutte ou de message, les journaux s’en empare comme si c’était la première fois qu’on en entends parler.

Je vous laisse la vidéo par ici pour que vous vous fassiez votre propre idée.

Pour celles qui ne peuvent pas voir la publicité, c’est une publicité de la marque de rasoirs Gillette. Elle rentre dans ce mouvement de la déconstruction de la masculinité toxique. La masculinité toxique c’est cette idée selon laquelle, il n’y a qu’une manière d’être un homme ; à savoir, bien viril, bien macho, bagarreur, qui ne dévoile pas ses émotions, etc…

En somme, la pub montre donc cette masculinité en mettant en scène plusieurs situation très actuelles où des hommes se montrent sexistes, où des papas acceptent avec le sourire la mentalité répandue que « les garçons sont comme ça ». Et tout d’un coup, merveilleux miracle, revirement complet !

Ce que montre cette publicité, et c’est une bonne chose, c’est que c’est un changement necessaire des hommes par les hommes. Elle montre donc que le harcèlement sexuel est inacceptable, qu’agresser les plus faibles (hommes ou femmes) est une mauvaise chose et qu’aider les victimes est honorable.

Que cela vienne d’une publicité pour une marque, qui au final essaye de redorer son blason, peu importe. Ça a au moins le mérite d’être dit et bien dit.

Plus ce genre de messages se multipliera, plus des tous petits changements s’opéreront.

Les choses peuvent évoluer même à notre niveau.

Ce concept de la masculinité est une idée encore beaucoup trop répandue, assimilée et enseignée. Il suffit de voir combien de fois, j’entends encore des mamans dire à leur fils en bas âge « ah non ! tu es un garçon, tu ne pleures pas, tu es courageux ! ». Les émotions ne sont pas uniquement réservées au sexe féminin. Si un enfant, peu importe son sexe le ressent, c’est qu’il doit l’exprimer. Pour ne rien garder à l’intérieur et que ça le consume petit à petit.

Je pense qu’il est important d’accepter qu’il y a plusieurs types de masculinité, autant qu’il y a d’hommes finalement.

Si je prends l’exemple que peut représenter mon amoureux, j’ai un beau spécimen à la maison (façon de parler – blague de personne en relation à distance).

La virilité telle qu’elle est mise en avant le plus souvent prône le fait que l’homme ne dévoile pas facilement ses sentiments, qu’il met un temps infini à dire « je t’aime ». Et bien pour être depuis 4 ans avec quelqu’un qui m’a dit « je t’aime » au bout d’un mois de discussion (avant même notre premier baiser), je peux vous assurer que je n’ai jamais rien vu d’aussi virile. Un mec aussi en phase avec ses sentiments et ce qu’il ressent en se défaisant de toutes les idées préconçues sur la masculinité, je peux vous assurer que je trouve cela terriblement sexy et hautement viril.

Mon homme porte du rose avec autant de décontraction qu’il porte un costard noir. Si un reportage le touche, il lui arrive de verser une larme. Et je trouve ça vraiment sain. Je me sens en sécurité avec lui car je le trouve très sincère avec lui-même.

Bref, je suis persuadée qu’on avance dans le bon sens et qu’il faut continuer. Comme le dit cette publicité, les hommes de demain sont les petits garçons d’aujourd’hui. A nous de décider quel type d’hommes ils seront demain.

Vous n’étes pas d’accord ?

Répondre à Amandine Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




3 petits mots

  • Répondre Fanny | Sep 4, 2019 à 22 h 29 min

    Très joli article que je ne découvre qu’aujourd’hui Cerise, et je me retrouve dans beaucoup de tes paroles.

    Le milieu dans lequel j’ai baigné il y avait une égalité parfaite à la maison (ce qui est rare pour l’époque de mes parents), je dirais même que les rôles étaient parfois inversés: mon père s’occupait un peu plus de moi, car ma mère avait une belle carrière à gérer.

    Et comme toi, je me suis révoltée, petit à petit.
    Maintenant que j’ai les yeux ouverts sur le monde, je ne supporte plus de voir ce système qui détruit les femmes ET les hommes par la même occasion.

  • Répondre Amandine | Jan 22, 2019 à 13 h 14 min

    Salut,
    Très beau cet article ! Et, les photos 🙂 !
    Il est vrai qu’on a souvent tendance à parler des femmes enfermées dans des rôles. Mais pour l’homme aussi c’est le cas. Une idée assez arrêtée de ce que doit être le mâle. La virilité. Moi, je me souviens que quand mon frère s’est occupée de sa petite quand sa compagne a repris le boulot ça a été mal compris. Et, je comprends pas pourquoi ça dérange autant lorsqu’un homme reste à la maison pour s’occuper des enfants.
    Mais comme tu le soulignes dans ton article, il y a de plus en plus d’initiatives pour déconstruire tous ces stéréotypes sur la femme et l’homme. D’ailleurs, j’avais vu un bout de reportage sur une école de la bienveillance en Islande ( ou Finlande ) où justement on sensibilisait les enfants sur cette question. Et, j’ai trouvé ça génial. Ça me donne espoir pour la suite !
    Très bon article en tout cas !

  • Répondre Mavie | Jan 21, 2019 à 17 h 43 min

    Waouh merci beaucoup pour le partage et je suis davis avec toi quilnya plusieurs types de masculinites … longue vie a toi et mr Cerise