Jan 27, 2012

En attendant ses pas.

 

Je sursaute à la sonnerie du réveil.

6h30.
Je sens le corps de Mr Muscade se torde pour prendre son IPhone et couper la harpe qui nous réveille depuis quelques jours.

Il se retourne vers moi qui lui fais dos et m’enlace encore tout endormi.

Au bout de quelques minutes, je sens ses doigts qui passent sous le large T-Shirt qu’il ma prêté la veille et ceux-ci remontent inéluctablement vers ma poitrine. Extrêmement lentement. Presque imperceptiblement.

Je n’ai pas l’habitude. Je sais où cela mène. C’est cette certitude qui me met immédiatement sous tension.

Je fais mine de ne m’apercevoir de rien, de dormir. Je le laisse venir.

Il enfouit son visage dans mes cheveux. Sa respiration se fait plus profonde.

Et déjà sa main est sur mon sein.

Ses doigts passent et repassent. Effleurent ou se font plus insistants.

Je ne peux vraiment pas réprimer un frisson.

J’en veux déjà plus.

Mon sursaut lui confirme que je ne dors pas. Il me caresse le ventre et descend lentement sur mon corps.

Ses doigts glissent de mon ventre à mes reins…

Mes fesses et mes cuisses. Il laisse ses doigts en suspens quelques secondes.

Je les attends ici. Ils sont là-bas.
Toujours dans un demi-sommeil, mon corps alangui se contracte doucement.

Le fait que ses caresses soient légères et aériennes démultiplie les sensations que je peux éprouver.

 

Je ne tiens plus, je me retourne et me blottis contre lui. Je ne peux évidemment pas ignorer qu’il a envie de moi autant que j’en ai envie de lui. Peut-être même plus.

Et tout s’accélère, mais il reste constant.

Comme si mes sensations, mon plaisir exclusivement était  ce qui importait vraiment.

 

Nos deux corps emmêlés. Je perds conscience que c’est le matin et que je viens à peine de me réveiller.

Rien n’importe plus que le plaisir que j’éprouve et l’instant présent.

 

La tempête explose. Presqu’un tsunami. Puis la mer de ma jouissance se calme.

Mon corps est agité de légers spasmes qui traduisent un orgasme violent.

Il continue de m’embrasser.

 

Mr Muscade est tout en tendresse. Calme et délicatesse.

 

Douce torpeur après l’amour.

Cette torpeur qui me rend souvent un peu triste. Comme si finalement, il manquait quelque chose. Quelque chose d’imperceptible. Mais bien présente.

La sensation de ne pas devoir être là.

 

Cette sensation, c’est l’impression de tromper encore Mr Ananas. Encore et encore.

En pleine connaissance de cause.

 

On ne se lève véritablement qu’à 8h00 pour aller en cours.

Voilà le rituel qui est le mien depuis les deux derniers mois.

Moi et Mr Muscade, on passe vraiment beaucoup de temps ensemble. Et quand je dis beaucoup, c’est beaucoup.
L’opposé de Mr Ananas. Je ne sais pas si ça me plait.

Je n’en ai pas l’habitude du tout.

 

 

Mr Muscade m’invite au restaurant. Il m’emmène à des expos…

Il a cette manière déroutante de me fixer quand il croit que je ne le vois pas.

Mes sentiments le concernant sont confus. Comme si je refusais d’y faire vraiment face.

 

 

Et puis, il me sourit ou me faire rire aux détours de mes pensées. Et là, tout va mieux.

Son humour c’est comme un anesthésiant.

Un sédatif à ma réalité.

 

Laissez-moi un petit mot

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




3 petits mots

  • Répondre Faby | Oct 22, 2013 à 19 h 44 min

    J’ai l’impression de revivre mes matins avec lui. Je crois que c’etait mes moments preferes, encore endormis mais deja entremeles. Encore endormis mais deja le coeur qui bat a tout a l’heure, deja les papillons dans le ventre. Ces moments doux ou on laisse le soleil doucement rentre par les volets, ces matins ou je le retenais toujours un peu, un dernier baiser, une derniere caresse, avant qu’il ne m’echappe pour la journee. Je crois qu’il ne m’a pas laisse cette place en lui, il n’a pas voulu que je m’installe vraiment. Mais je cherie ses moments, avant d’en vivre d’autres, des plus beaux, des plus grands qui je l’espere ne seront plus rempli deson souvenir.
    Des bisous !

    http://jaiecrit.wordpress.com

  • Répondre Khap | Fév 4, 2012 à 19 h 13 min

    « On ne peut pas “laisser quelqu’un s’installer dans notre vie”(je veux dire, vraiment) si on ne lui a pas fait de la “place” en nous. »
    Très vrai. C’est sain de le savoir, et honnête de reconnaître qu’il faut y accorder du temps, et de la sueur.

  • Répondre Stella | Jan 28, 2012 à 23 h 01 min

    On n’aime jamais le bon ! Ah les filles! Il a l’air parfait mais je vois ce que tu veux dire. J’espère vivement que tu seras bientôt « guérie » de Mr Ananas et que tu pourras enfin profiter pleinement a Mr Muscade. On ne peut pas « laisser quelqu’un s’installer dans notre vie »(je veux dire, vraiment) si on ne lui a pas fait de la « place » en nous. Bon courage Cerise . Magnifique article comme d’hab .