Oct 22, 2013

Entre le silence et l’absence…

Je suis en pyjama devant mon évier. Les mains dans l’eau savonneuse de la vaisselle.

Katy Perry en fond sonore. Je pense à plein de choses futiles pour canaliser mon esprit afin de lui éviter de se diriger vers Muscade comme il le fait naturellement depuis le mois d’Aoùt.

Ma sonnerie retentit. Je lâche mon éponge et me fige.

On sonne de nouveau.

Je me sèche rapidement les mains sur un torchon et avance vers ma porte d’entrée.

 

Il est 22h30. Beaucoup trop tard pour que ce soit mes parents ou même la voisine…

Je regarde par le judas et vois Muscade le regard dirigé vers le sol.

Je me fige tandis que ma respiration s’accélère.

Je passe nerveusement les mains dans mes nattes et réajuste mon t-shirt de pyjama. Je souffle un grand coup et tourne les clés dans la serrure.

 

J’ouvre la porte et reste dans l’entrebâillement.

Je n’arrive pas à dire un seul mot. Ses yeux, d’un bleu sombre, plongent dans les miens.

« Je peux rentrer… ? »

Je suis muette et ça m’énerve. Je suis partagée entre rire aux éclats et exploser en larmes. J’ouvre la porte plus grand, le fait rentrer et ferme derrière lui.

Je vais au salon et coupe la musique.

Katy Perry hurlait à la mort, ce qui représentait à peu de choses près, ce que je ressentais intérieurement. Je ferme les pans de mon gilet en laine sur mon t-shirt et croise les bras.

J’essaye de formuler une phrase cohérente : « Qu’est-ce que »

Mais ma phrase se bloque dans ma gorge.

« Voilà, je… J’ai besoin de toi. Je n’y arrive pas. Sans toi, c’est pire… »

Je le regarde, interdite. Mes pensées sont totalement incohérentes.

Je voudrais le gifler et l’embrasser.

Je voudrais lui hurler que c’est « tant pis pour lui ! » et en même temps que je ne suis qu’à lui.

Mais rien ne sort. Je sens mon cœur qui bat la chamade et le sang qui afflue à mes oreilles.

« Dis quelque chose… » souffle–t’il en s’approchant de moi.

Nous étions debout dans le salon, dans un silence parfait, sous la lumière crue de mon plafonnier.

 

Il s’approche de moi. Je ne peux m’empêcher de le regarder. Ses lunettes ne sont plus les mêmes, il s’est laissé pousser la barbe… Mais ses yeux sont toujours les siens. Son regard triste est identique à celui qui me rend folle.

C’est Lui.

Il lève sa main. Je sais qu’il va me toucher la joue. Je peux presque le sentir. J’ai envie de pleurer avant même que ses doigts n’effleurent ma peau.

Mais ils ne me touchent pas.

Pluie

« Cerise ! Tu rêves ? Tu as les yeux dans le vague depuis 10 minutes… ! »

Je suis happée de nouveau par la réalité. C’est violent et cruel. Je suis dans le salon de mes parents. Un samedi après-midi pluvieux.

Je ne suis pas seule. Je suis « juste » sans lui.

C’est constant et lancinant.

Tout le monde me dit que ça passera, que ça s’estompera… Mais quand mes pensées m’échappent, quand mon cerveau passe en pilote automatique, il revient. Toujours plus fort. Plus présent.

Plus absent surtout.

Il est dramatiquement écrasant par son absence.

C’est ça finalement une rupture. La personne est d’autant plus là qu’elle est absente.

 

Muscade me manque. C’est horrible de me l’avouer.

 

Je me déteste de ressentir ça. De me sentir faible. Je lui en veux de me rendre comme ça. Parfois la colère est tellement forte que c’est presque ingérable. Je voudrais lui faire plus de mal qu’il ne souffre déjà, pour qu’il revienne. Pour que j’arrête d’avoir mal.

Pour que j’arrête d’être cette fille pitoyable qui relis les 453 pages PDF de nos SMS ; d’être cette fille qui regarde nos photos à deux heures du matin, le dimanche soir…

Je me déteste comme ça. Je refuse d’être cette fille que je suis parfois.

Alors, je meuble. Avec beaucoup de choses. Beaucoup trop. Mais c’est parfait, comme ça je suis épuisée et je ne pense pas avant de m’endormir.

Couette, oreiller et fin de partie. A demain.

 

« Combien de temps ça va durer Maman… ? »

« Je ne sais pas ma chérie… Certainement beaucoup trop… Mais ça passe. Toujours. »

Il paraît que les mamans ont toujours raison… Je prie pour que cette fois-ci ce soit vrai.

girl in the rain

 

C’est mon 200e article… Petite bougie rouge. 

Laissez-moi un petit mot

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




28 petits mots

  • Répondre Je suis célibataire, je vais bien, merci | Planete Elea Radio | Nov 2, 2014 à 8 h 48 min

    […] Et comme un ouragan qui emporte tout, je me suis retrouvé seule. Complètement seule. […]

  • Répondre Valentine | Oct 25, 2013 à 15 h 14 min

    Coucou!
    Je viens de découvrir ton blog et j’ai littéralement dévoré tous tes derniers articles,ils sont vraiment super. Si jamais tu as le temps je t’invite à venir voir mon blog qui vient d’être créé,je débute tout juste ! Si tu pouvais me donner ton avis ce serait génial 🙂

    Merci d’avance et bonne continuation ! xx

    http://v-sblog.blogspot.com/

    • Répondre Mlle Cerise | Nov 4, 2013 à 10 h 55 min

      Bonjour Valentine, Merci pour tes compliments ! C’est adorable. Je ferai un tour sur ton blog promis ! Bisous, Cerise

  • Répondre yayushiina | Oct 25, 2013 à 15 h 07 min

    :((((

    J’étais déjà toute souriante en lisant le début de l’article pensant qu’il était revenu :'(

    Mais oui ta maman a raison, ça passera d’une façon ou d’une autre (il reviendra ou tu oublieras) mais il faut du temps c’est sur.

    Courage!

    • Répondre Mlle Cerise | Nov 4, 2013 à 10 h 57 min

      Oh… Oui, moi aussi j’aurai souris de toutes mes dents si c’était le cas…
      Mais la réalité est différente alors je laisse le temps au temps ! =)
      Merci pour tes encouragements… Bisous, Cerise

  • Répondre Yod | Oct 24, 2013 à 0 h 23 min

    Bonsoir Cerise,
    Ta maman à raison, ça passe toujours avec le temps.
    Après la douleur il y a l indifférence, puis nait un sentiment plus profond, plus doux également, comme un trésor que l on cache au fond de soi et qui fait de nous celui ou celle que l on est devenu(e).
    Courage…

    • Répondre Mlle Cerise | Oct 25, 2013 à 11 h 46 min

      Merci pour tes encouragements…
      J’espère que ça passera et que ce sentiment dont tu parles finira par arriver.. Bisous, Cerise

  • Répondre Kimie (de Mots et Emaux) | Oct 23, 2013 à 21 h 45 min

    Ton article est superbe mais aussi superbement triste. J’espère que ça va aller mieux, ça finit toujours par passer, mais que le temps peut paraître long en attendant…

    • Répondre Mlle Cerise | Oct 25, 2013 à 11 h 47 min

      Kimie, Merci beaucoup pour ton commentaire…! Je ne peux qu’attendre que le temps fasse ce qu’il doit faire. Pour l’instant, il fait pas trop son job, je dois dire… 🙂 Bisous, Cerise

  • Répondre Andotherwise | Oct 23, 2013 à 9 h 03 min

    Une seule chose à dire : magnifique article.
    C’est tellement bien écrit que j’en pleurais presque

    • Répondre Mlle Cerise | Oct 25, 2013 à 11 h 48 min

      Oh ! Ca me touche sincèrement ce que tu as écris ! N’en pleure pas parce que je pleure bien assez pour deux… 🙂 Merci d’être passé par ici en tout cas !
      Bisous, Cerise

  • Répondre la grande flo | Oct 22, 2013 à 21 h 41 min

    C’est magnifique ce que tu écris et oui ça passe toujours !

    • Répondre Mlle Cerise | Oct 25, 2013 à 11 h 48 min

      Il parait oui… 🙂 Je vous crois !
      Merci pour ton compliment et bienvenue dans mon panier de fruits…
      Bisous, Cerise

  • Répondre Hex & the City | Oct 22, 2013 à 20 h 37 min

    Je comprends exactement ce que tu ressens… Je ressens exactement la même chose depuis deux mois, le manque, l’absence, le vide, les pensées incapables de se focaliser sur autre chose, les larmes aux yeux, les exutoires pour tenter de faire autre chose, pas y penser, sortir entre copines, aller au ciné… Mais rien ne passe. Rien ne change. On ne sait pas combien de temps ça durera, et surtout, on ne sait pas si l’on tiendra jusqu’à ce moment là…

    • Répondre Mlle Cerise | Oct 25, 2013 à 11 h 50 min

      OUi.. Mais pour être passé déjà par là, je sais que ça finit par disparaitre.. On ne s’en pas du tout compte quand on a le nez dedans…
      Tout le monde me (nous) dit que ça évoluera.. On ne peut rien faire d’autre qu’attendre. En trompant le temps et les sensations…
      On croise les doigts et on serre les dents..
      Bisous, Cerise

  • Répondre Faby | Oct 22, 2013 à 19 h 15 min

    Cette tornade qui t’assome, cette absence a laquelle il faut s’habituer, ses souvenirs qu’il faut laisser sur le pas de la porte. Ces mots reconfortants qu’on ne veut pas entendre. Ca va passer, mais ca va passer quand meme. Ca fait trois mois que je suis « sans » lui. Ce fut brutal, violent, douloureux. Des sentiments forts amenent toujours a ce genre de situation m’a t-on dit. Trois mois qu’on ne se parle plus alors que j’en aurai des choses a lui, trois mois qu’il est heureux avec une autre. Il nous a pas laisse la chance qu’il leur laisse. Trois mois, que ca va un peu mieux, de jour en jour. Je peux maintenant me replonger dans mes souvenirs, dans nos souvenirs, sans sentir cette douleur qui ecrase mon coeur, mon estomac qui se sert. Je peux me replonger dans mes souvenirs et ecrire, ecrire des mots sur mes maux. Mais ce n’est pas sans consequence, pas vraiment. Je ne suis pas encore debout, pas encore. Doucement mais surement. Mais je ne suis pas patiente. Je l’ai aime plus que je ne le pensais, et maintenant je dois faire avec. Mais si la vie n’etais pas un tout petit peu dure alors elle en serait moins jolie. Je te souhaite que cela passe, que cela nous passe. Qu’on se reveille un matin en disant que ca va, ca va mieux. Le plus important c’est juste d’y arriver a cette matinee, ou on peut se murmurer que c’est definitivement fini, que ce fut beau. Cette matinee ou on ouvrira les bras, a cette fin qu’on aura enfin accepter. En attendant, des bisous, du chocolat, de l’ecriture 🙂

    Des bisous !

    http://jaiecrit.wordpress.com

  • Répondre Bull'Elodie | Oct 22, 2013 à 18 h 00 min

    Courage ma belle, je te fais d’énormes bisous

    • Répondre Mlle Cerise | Oct 25, 2013 à 11 h 51 min

      Merci beaucoup Elodie ! Ca me touche.. Gros bisous à toi aussi !
      Cerise

  • Répondre Mlle Cupcake | Oct 22, 2013 à 16 h 15 min

    Courage ma Cerise !
    c’est tellement fort ce que tu écris là !
    Dieu n’inflige pas aux hommes des souffrances qu’ils ne peuvent pas supporter ! comme l’a dis ta maman ca passera… avec le temps…
    Gros bisouuux

    • Répondre Mlle Cerise | Oct 22, 2013 à 16 h 21 min

      Merci beaucoup Mlle Cupcake (ton nom m’a immédiatement donné envie d’un goûter! 🙂 ) pour ton commentaire.
      Oui, comme tu dis, cette épreuve je l’a traverserai… Même si j’ai l’impression que ça ne sera jamais le cas pour l’instant.
      Bious, Cerise

  • Répondre Stella | Oct 22, 2013 à 15 h 49 min

    C’est moi ou tu ne nous a pas raconter la rupture ? Tellement parlant et criant de vérité j’adore ! Ta mère a raison ça passe , toujours . Sois forte 🙂

  • Répondre ifeelblue | Oct 22, 2013 à 13 h 57 min

    oh j’y croyais, au début de l’article, j’étais trop heureuse pour toi… et puis… et puis voilà 🙁
    je t’envoie tout plein d’ondes positives, tout plein de courage.

    • Répondre Mlle Cerise | Oct 22, 2013 à 16 h 22 min

      Oh Oh ! Merci ma belle ! Moi aussi je souhaiterai vraiment que ce soit vrai pour que je vous l’écrive et qu’on fasse une grosse fiesta ahah !
      Mais non. 🙂 Merci pour tes ondes positives ! Je capte je capte !
      Bisous, Cerise

  • Répondre audreyy | Oct 22, 2013 à 9 h 50 min

    oh ma cerise <3 je te souhaite que tout cela passe et que tu retrouves le bonheur et la joie de vivre 🙂
    Tu n'as pas perdu ton don pour l'écriture en tout cas j'aime toujours autant cette façon d'écrire les choses 🙂
    Je te fais plein de bisous .

    • Répondre Mlle Cerise | Oct 22, 2013 à 16 h 23 min

      J’espère aussi que je regarderai cette rupture de loin un jour en ne ressentant plus ce que je ressens là…
      Merci de nouveau pour ton compliment sur ma manière d’écrire que je pensais avoir perdu moi aussi ! ahah
      Bisous Bisous, Cerise

      • Répondre sugar | Juil 1, 2015 à 10 h 10 min

        bonjour cerise, je tombe sur ton blog a tout hasard.. Quelle claque! magnifique, je n’ai pas d’autres mots à poser sur tes maux.. Comment te portes tu désormais? Est-ce que maman avait raison? Ca passe ? 🙂
        plein de bisous sucrés

        • Répondre Mlle Cerise | Juil 1, 2015 à 11 h 25 min

          Bonjour Sugar,
          merci beaucoup pour tes gentilles paroles ! Je me porte tout ce qu’il a de mieux ! Ma mère avait raison ! Il m’a bien fallu presque 2 ans pour m’en remettre mais je suis totalement heureuse à présent ! Gros bisous, Cerise