Sep 6, 2017

Garder ses amitiés après un bébé

Mon quotidien a incontestablement été chamboulé depuis l’arrivée de mon bébé. Je suis une maman maintenant et même si cela complète ce que je suis sans l’annuler, je ne suis plus exactement celle que j’étais il y a un an.

Et cela m’a amené à me questionner sur ce qui avait le plus changé.

En dehors de mes habitudes de vie, mon quotidien pratique et mes pensées, je dirais que ce qui a le plus changé, ce sont mes amitiés.

Je ne suis pas quelqu’un qui avait beaucoup d’amies. Je pense pouvoir affirmer que j’avais déjà un grand détachement par rapport à la chose et que mes amies se comptent sur les doigts d’une main. Cela sera une bonne nouvelle lorsque je ferai ma liste d’invités à mon mariage mais pour l’instant, disons que je ne déjeune pas avec beaucoup de monde à mes heures de repas.

IMG_0286

Je n’ai pas beaucoup d’amies parce que très tôt j’ai été déçue et que j’ai un comportement assez méfiant à propos de l’amitié.

Méfiant et détaché.

J’ai une facilité que certaines trouveront déconcertante à me détacher des personnes qui ont pu partager mon quotidien si je considère qu’elles m’apportent plus de négativité que de positivisme dans ma vie. Juste, je ne les contacte plus et je n’en souffre même pas. Lorsqu’on fonde très peu d’espoir en quelque chose, lorsque cette chose échoue, on n’est finalement que très peu chamboulée.

C’est donc mon cas.

Ma plus longue amitié a fêté ses 10 ans l’année dernière et je pense qu’elle a tenue aussi longtemps parce que j’ai le même caractère que ma meilleure amie : ce n’est pas parce qu’on ne se donne pas de nouvelles pendant plus d’un mois qu’on est fâchées et qu’on doit s’en vouloir.

Au contraire.

Elle peut me demander un renseignement (sans me dire même me dire bonjour) par texto même sans m’avoir parler pendant 3 mois, je lui répondrai avec un petit cœur.

Nous sommes identiques sur ce point.

Je peux compter sur elle. Elle sur moi et au milieu de tout cela, personne n’a de compte à rendre à personne.

Balle au centre !

IMG_0283

J’ai eu des amitiés, et je pourrai à peine les citer, qui se sont terminées sans que j’y mette l’énergie pour les sauver.

Pourquoi ? Toujours cette méfiance et ce détachement.

Si j’écris tout ça, c’est surtout pour souligner le fait que ce qui a le plus changé dans ma vie avec la venue de bébé, c’est le ménage dans mes amitiés. Le peu que j’avais, je vous le concède.

Je ne peux plus accepter un afterwork au pied levé, il m’arrive d’annuler au dernier moment un programme établi à cause d’une urgence, j’ai des préoccupations en tête très éloignées des préoccupations de mes amies.

Certaines l’ont comprises et me voient quand je peux en acceptant une certaine agilité de planning.

Et d’autres ne l’ont pas comprises et ce sont détournées car je ne ressemblais plus à la Cerise d’avant grossesse.

Je ne vais pas m’excuser d’avoir une enfant et encore moins de devoir la gérer toute seule, relation à distance oblige.

 

Mais je constate juste que mes nouvelles copines sont mamans elles aussi, que mes émissions de télé favorites ont changées, mes lectures aussi et donc forcément, mon emploi du temps.

Si je suis heureuse comme ça ? Oui.

Je n’aurai jamais cru, pour être honnête.

Je me pensais trop urbaine, trop « mojito », trop « couche-tard » pour accepter sereinement ma nouvelle vie.

Et pourtant, je suis complètement en paix avec ça.

N’est-ce pas l’essentiel ?

FullSizeRender (1)

Laissez-moi un petit mot

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




10 petits mots

  • Répondre Flower bomb (pardon pour ce long récit😊) | Oct 5, 2017 à 4 h 38 min

    Je comprends entièrement ton point de vue Cerise.
    Cependant, j’aimerais apporter mon témoignage pour que peut-être tu comprennes le « position » de ces amies.

    Je fais partie de ces femmes qui n’ont pas encore d’enfants. Du haut de mes 28ans  mon envie de devenir mère est très présente, mais hélas la vie en a pour l’instant décider autrement.
    Il y a cependant 2ans de ça, je suis tombé enceinte ! La pilule (c’est le cas de le dire!!) a été dure avaler pour moi sur le coup, car je venais de me séparer du papa quand je l’ai appris et de plus ça n’était pas quelqu’un de sérieux et d’impliquer dans notre relation.
    J’ai tout de même fini par accepter la situation et j’étais persuadée que malgré tout ce que je traversais à l’époque, je ferais une très bonne maman !

    Deux semaines après avoir appris ma grossesse (j’étais à un peu plus d’1 mois de grossesse), je me suis retrouvée un beau jour à l’hôpital, allongée sur une table d’opération car la grossesse ne se déroulait pas comme elle aurait dû.
    Je suis finalement rentrée chez moi le lendemain seule, sans mon bébé.
    Ce fut le jour le plus difficile de toute mon existence.

    Comme toi, j’ai très peu d’amis, et de connaissances d’ailleurs.
    Je ne m’attache que très peu aux gens car la peur de la déception et de l’abandon est très présente en moi.
    Est-ce un bien? Un mal? Je ne sais pas. Ce que je peux te dire en revanche, c’est que ce jour-là, j’aurais aimé avoir quelqu’un à qui me confier.
    Ça n’était pas le cas, je me devais donc d’avancer tant bien que mal.

    Les mois qui ont suivis ont été horribles.
    Sans mentir, chaque mois j’apprenais qu’une amie, une connaissance, un membre de la famille…. allait connaitre la joie de ce que moi je venais de perdre : le bonheur d’être parent.
    Une fois de plus ce fut difficile, mais avais-je un autre choix d’accepter la situation et de me réjouir pour toutes ces personnes?

    Pour en revenir au sujet de ce post, je dirai que malgré ce que je vivais à cet époque, j’ai fait de mon mieux pour être une amie présente pour mes copines.
    Une de mes amies connaissait beaucoup de difficultés avec sa grossesse (qui a d’ailleurs conduit à un accouchement prématuré) et j’ai fait en sorte de lui montrer que j’étais présente pour elle (appel, sms…) sans pour autant trop l’envahir afin de respecter sa nouvelle vie de famille.

    Tout ça pour dire, que j’imagine bien que ta situation n’est pas facile car tes priorités ont changés et c’est tout à fait normal. Tu ne dois en aucun cas t’excuser de cela et ton amie doit également être en mesure de comprendre cela.
    Cependant, être dans la position de l’amie sans enfant (je suis la seule de mes amies sans enfants) n’est pas non plus facile.
    Je m’explique.
    Aujourd’hui, j’accepte le fait que je ne peux plus voir mes amies autant qu’avant, que leurs priorités aient changées et que l’un de nos rares RDV soit annulé à la dernière minutes à cause d’une urgence bébé.
    Ce que j’accepte moins, c’est de ne pas sentir que mes amies soient également présentes pour moi.
    Exemple : prendre des nouvelles de tes amies mais personne n’en prend de toi, tous les sujets de conversation tournant autour de la grossesse et des bébés quand toi tu peines à faire ton deuil et remonter la pente…. Il y a aussi le fait que je respecte tellement la vie de famille de mes amies, que je ne sais plus quand je peux prendre l’initiative de les appeler, d’envoyer un texto ou leur rendre visite, de peur de le faire au moment le moins opportun : vais-je réveiller bébé si le téléphone sonne? Ne sachant pas tu remets l’appel plus tard et finalement tu ne le passe pas car dans ta tête ça n’est jamais le bon moment ! Et voilà.qu’au fil du temps chacun prend ses distances.

    A travers mon récit, le message que j’essaie de faire passer, c’est que quelque soit notre place dans cette situation (maman/amie sans enfant), on se doit de faire un effort pour comprendre l’autre.
    Aucun des rôles dans cette situation n’est facile à endosser.

    En devenant maman tu as l’impression que tes amies ne souhaitent plus te fréquenter quand peut-être dans leur tête ça n’est juste plus facile de trouver sa place dans cette toute nouvelle relation amicale.
    Pour ma part, je fais parti de ces amies qui se posent 1 milliard de questions avant d’envoyer ne serait-ce qu’un texto à mes mums’friends!
    Voici le genre de scénario qui se joue dans ma tête :
    « J’espère que je ne vais pas la déranger avec ce simple sms où je prends juste des news de sa petite famille? »
    « Elle ne répond pas! Je suis sûre que j’ai mal fait de lui envoyer un texto à ce moment précis. J’ai dû réveiller bébé et maintenant elle m’en veux! »
    La copine pas du tout parano pour un sou! 😂😂😂

    Pour finir, je te souhaite beaucoup de bonheur et de courage dans ta vie de maman. J’espère également que ton amie et toi réussirez à faire un pas l’une vers l’autre afin de comprendre que pour l’une comme pour l’autre la situation n’est pas forcément facile à vivre.

    Bisous Cerise😙

  • Répondre Neila | Sep 12, 2017 à 1 h 28 min

    Je suis totalement d’accord avec toi, les déceptions m’ont aussi amenées a changer et à m’éloigner facilement des gens négatifs et toxiques.

  • Répondre Bintou | Sep 7, 2017 à 20 h 54 min

    carrément oui bisou maman cerise

  • Répondre CyrielleMaakeup | Sep 7, 2017 à 19 h 05 min

    C’est vrai ce que tu dis, je le ressens aussi que mes amitiés ont changé depuis que je suis maman, mais c’est la vie ! 🙂

  • Répondre Perle Rosalie | Sep 6, 2017 à 19 h 04 min

    Je te comprend bien Cerise même si je ne suis pas maman, je vis aussi de manière detachée en ce qui concerne l’amitié et je n’apprécie pas quand une amitié prend trop d’espace jusqu’à vouloir me privé ma liberté, ceux qui me sont proches les savent même si elles souhaitent que je sois plus présente…moi je veux bien à partir du moment où la relation est constructive et sans but d’un profit quelconque, juste qu’on profite des moments les uns avec les autres sans se prendre la tête avec d’autres motivations qui peuvent être malsaine.

  • Répondre christelle | Sep 6, 2017 à 18 h 31 min

    Désolée les filles je vais me mettre des copines sans enfant pour l’avoir expérimenté. Je ne parle pas des jalouses frustrées, mais pour les vrais copines elles comprennent totalement que l’enfant reste la priorité cependant certaines changent complètement de comportement et lorsque tu es célibataire et que tu es dégoûtée par ta situation tu es un peu déçue. Et d’autres mamans qui étaient super coquettes super ouvertes aussi se ferment et ne sont plus que maman et plus femme c’est-à-dire plus de discussions autres que le popo c’est pas évident non plus.
    Mais ton cas Cerise est un peu différent car tu es un peu « mère célibataire » et pour avoir grandi sans mon père il faut beaucoup de courage.
    xoxo

    Christelle

  • Répondre Vivi | Sep 6, 2017 à 16 h 32 min

    Je suis totalement d’accord avec toi Cerise ! Je trouve que ce sujet est génial. En effet, on est toute confrontée à ce problème d’amitiés en tant que maman..notre environnement entier change et si on accepte pas cela on augmente cette frustration; on se retrouve à faire des compromis en amitié, a ne plus être vrai avec notre nouveau « moi ». Une vrai amitié accepte l’évolution de l’autre et l’accompagne sans culpabilité.

  • Répondre Fabiola | Sep 6, 2017 à 15 h 51 min

    Je suis complètement en accord avec ce que tu dis. Ton enfant devient ton oxygène! La mienne n’a fait que me conforter dans mon choix de vie car j’étais déjà, à l’origine, une personne qui se détache très vite et suis également très méfiante. La nature humaine étant ce qu’elle est, mieux faut se protéger.

  • Répondre thiatie | Sep 6, 2017 à 15 h 40 min

    je me reconnais à travers ton article… sa aide beaucoup car je me rend compte ne pas être une extra terrestre lol

  • Répondre Inès Achy | Sep 6, 2017 à 15 h 25 min

    Je pensais être la seule à être méfiante et détachée en matière d’amitié. Aussi, être maman ca change. Et peu le comprenne. Superbe post! Ça soulage.
    Je suis moi aussi maman et ma foi les mes priorités ne sont plus les mêmes qu’avant.